Menu

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de bons jeux de super héros ?

17 décembre 2015 - Non classé

Si vous êtes amateur de comics et de jeux vidéo, vous êtes certainement surpris du faible nombre de développeurs qui arrivent à marier ces deux univers avec succès. Certes, la série Arkham de Rocksteady n’a pas manqué de marquer les joueurs ces dernières années, mais pour chaque réalisation du genre il existe une quantité infiniment plus élevée de daubes faites à la va-vite qui sortent sur mobiles. Il ne s’agit pas là d’une nouveauté d’ailleurs, puisque certains des pires jeux rétros qui existent s’attaquaient justement aux propriétés de DC ou Marvel (comment ne pas citer Superman 64 ou Batman Forever en tête de liste).

Il se trouve que malgré réflexion, il est assez difficile de comprendre pourquoi y a tant de mauvais jeux de super héros. Il existe un paquet de bons jeux avec des personnages principaux très super héros dans l’âme pourtant. Qu’il s’agisse de Devil May Cry et son inépuisable Dante, de God of War et Kratos ou encore d’Infamous, nous sommes quand même bien servis sur pas mal de champs. Il se trouve que le phénomène semble en réalité ne se concentrer que sur les franchises DC et Marvel. Si l’on regarde des titres plutôt bien fichus tels que The Darkness ou les jeux Telltale comme The Walking Dead et The Wolf Among Us, on se dit que les comics peuvent très bien faire un joli mélange avec l’univers vidéoludique. Pourquoi devient-il alors si difficile de produire un bon jeu dès que le personnage principal porte des collants et un nom qui finit en -man ?

Les jeux de super héros se plantent généralement pour les mêmes raisons que tous les autres jeux adaptant des licences. Le budget dépensé pour acquérir la licence en elle-même est déjà bien trop élevé, laissant peu de fonds pour construire un jeu décent. Le cycle de développement est souvent trop court, tout particulièrement lorsqu’il s’agit d’un jeu promotionnel basé sur un film. Couplez à cela le fait que les producteurs se disent généralement que la licence suffira à générer des ventes, peu importe la qualité du soft, et vous y êtes. Peu importe le point auquel une équipe de développement souhaite créer un projet fun, divertissant et techniquement réussi pour véhiculer une vraie expérience de super héros. Elle manquera souvent de ressources, de temps et du soutien des éditeurs.

Ces titres rencontrent de plus des problèmes inhérents au genre. L’un des obstacles récurrents de ces titres a d’ailleurs été la lutte pour dépeindre les pouvoirs surhumains du personnage. Si l’on prend le X-Men de 1993 sorti sur Sega, on constate qu’il est assez représentatif du genre. C’est un jeu de plates-formes en scrolling horizontal classique qui permet de jouer plusieurs mutants et d’utiliser leur pouvoir pendant une période déterminée jusqu’à ce que votre jauge d’énergie soit épuisée . Vous devez ensuite vous contenter de coups de poings et pieds assez classiques le reste du temps. Certes, il faut bien trouver un moyen de créer des difficultés pour le joueur, mais de là à nous faire croire que le rayon laser de Cyclope a besoin de recharger sa batterie… Le jeu Superman sur NES avait d’autres problèmes de son côté, nous faisant jouer le héros de Krypton dans des égoûts avant qu’il ne se retrouve dans sa forme de Clark Kent à courir sans armes ni moyens de défense jusqu’à crever comme un blaireau. Ce n’est pas vraiment ce que l’on espérait de l’homme d’acier en tant que joueur… Si Dante ou Kratos peuvent bander leurs muscles comme des boss à longueur de temps, pourquoi les vrais super héros ne le peuvent-ils pas ?

Dante - Devil May Cry

Les jeux de super héros sont pourtant un matériau riche contant les aventures épiques de personnages dans leur lutte du bien contre le mal. Les jeux basés sur des films rencontrent d’ailleurs souvent un gros problème de scénario. Trop souvent ils tentent d’adapter et étendre l’univers du film en question ou s’embarquent dans une préquelle, une suite voire un mélange grossier des deux. Les softs adaptés des films Spider-Man ont par exemple tenté d’adapter le scénario des longs-métrages en ajoutant quelques méchants supplémentaires par-ci par-là. La meilleure adaptation que l’on ait obtenu jusqu’ici est celle de X-Men Origins : Wolverine (qui l’eut cru). Le jeu suivait le chemin tracé par le film tout en rajoutant son lot de combat épiques contre des monstres géants ou de destructions explosives d’usines. Certes, on ne nous offrait pas là le scénario le plus cohérent du siècle mais on avait au moins droit à de l’action de haute volée.
A côté de cela, des jeux comme Spider-Man : Le règne des ombres ou X-Men Destiny qui proposaient des scénarios originaux se plantaient complètement niveau storytelling. Il faut dire que le titre suscité ne dressait pas un portait très habile de Spider-Man et de sa tentation de revêtir à nouveau le costume du symbiote. Destiny est un mauvais jeu pour plein de raisons, mais la façon anecdotique dont était traités certains personnages iconiques au profit de nouvelles créations était en soi douteuse, surtout compte tenu de l’échec scénaristique que constitue le soft.

Malgré tout ces soucis a tout de même quelques jeux DC et Marvel qui ont réussi à véhiculer une expérience authentique de super héros. La série Arkham est l’exemple le plus évident tant elle évite tous les travers mentionnés plus haut. Les épisodes qui la composent n’étaient liés à la sortie d’aucun film et Rocksteady a donc pu peaufiner son jeu à loisir. Le gameplay faisait d’ailleurs un excellent travail pour donner un ressenti fort au joueur, tout en servant un scénario satisfaisant entrecoupé d’infiltration, de combats au corps à corps et d’énigmes. Mieux encore, les épisodes suivants ont transcendé le premier en améliorant plusieurs aspects plutôt que de se reposer sur leurs lauriers. Le résultat final était donc tout simplement une vraie bonne saga aussi réussie qu’inattendue.

Comme dit précédemment, X-men Origins : Wolverine était un plutôt bon jeu, sûrement le meilleur à s’intéresser à l’histoire de Logan, et bien supérieur au film dont il suit la trame. Il s’agissait plus ou moins d’un clone de God of War, ce qui a permis à Raven Software d’utiliser les pouvoirs de Wolverine dans leur totalité et à pleine puissance. On s’étonne d’ailleurs du fait que la prod’ n’ait pas souhaité faire une suite, tant celle-ci était sous-entendue à la fin du jeu et aurait pu « se vendre grâce à la licence seule ».
Parmi les autres personnages connus, Spider-man est sûrement celui qui a bénéficié de la série la plus frustrante. Activision trouve une formule plutôt ingénieuse au début des années 2000, où le joueur peut circuler librement grâce à ses jets de toile. Nous attendrons malheureusement un palier avec Spider-man 2 en 2004 où l’idée montrera ses limites. Le problème c’est que dans les dix ans qui ont suivi, il y a eu très peu d’évolution pour cette franchise. La plupart des nouveaux jeux Spider-man se contentent de recycler le principe d’un Manhattan en monde ouvert. Une fois que l’excitation liée à l’exploration est passée, il n’y a pas grand-chose à faire…

Activision a ensuite un peu ressuscité l’homme araignée grâce à Shattered Dimensions en 2010. Bien plus expérimental, ce jeu introduisait quatre versions différentes du personnage et adaptait la mission de chacun d’eux à ses compétences personnelles. Cela paraît tout bête mais offre pourtant au jeu la structure qu’il manquait à nombre de ses prédécesseurs. Le fait qu’Activision n’ait jamais réussi à capitaliser sur ce succès est d’ailleurs vraiment dommage.

Batman vs Superman SNES

DC et Marvel ont tous deux eu un succès indéniable dans l’univers du jeu de combat. C’est assez naturel puisque l’univers des comics se prête extrêmement bien au style et que cela permet par la même occasion de recycler un bon paquet de personnages. Depuis X-Men : Children of the Atom en 1994, Capcom a pas mal joué la carte du versus fighting en faisant s’affronter ses personnages phares (notamment de Street Fighter) avec les emblématiques héros de Marvel. De son côté, DC a injecté petit à petit ses personnages dans l’univers de Mortal Kombat, tout ça appartient à Warner Bros faut dire. C’est notamment grâce à cela que l’on a pu voir débarquer le fameux Injustice : Gods Among Us. Le titre reprenait grosso modo la formule Mortal Kombat 9 et se basait sur un nouveau scénario dans lequel nos héros se retrouvaient dans un univers alternatif totalitaire où régnait un Superman sui faisait justice lui-même violemment.

Malheureusement, tous ces jeux de qualité restent des exceptions à la règle. La série Arkham a beau être très réussie, combien de jeux Batman merdiques avons-nous vu défiler avant elle ? Il y a des leçons que les développeurs et éditeurs peuvent apprendre de succès et ratages passés. Il y a énormément de personnage dont le potentiel a à peine été effleuré dans le monde du jeu vidéo, voire pas exploré du tout. Au fur et à mesure du temps, il serait vraiment intéressant que plus d’éditeurs cherchent à sortir des jeux basés sur les personnages qui sont les plus pertinents dans le domaine, pas forcément ceux qui ont un film à gros budget sur les rails.

Wonder Woman et Thor sont par exemple des personnages qui pourraient tout à fait recevoir bien plus d’attention que ce dont ils ont bénéficié jusque-là. Ils sont de plus tous les deux assez légitimes en tant que personnages de jeu vidéo. Non seulement ils sont super puissants et disposent d’un panel impressionnant de pouvoirs, mais il se servent de plus de marteaux, haches, épées, lassos, boucliers, et autres en combat. Ils viennent tous les deux de royaumes fantastiques et ont affaire à des créatures mythologiques et dieux au quotidien. Il paraît tout de même assez facile de s’imaginer l’un de ces deux héros dans un jeu à l’inspiration Darksiders, Zelda ou encore Arkham justement.

Le récent jeu Deadpool n’a d’ailleurs pas été un succès criant, et il se peut que son cousin de chez DC Deathstroke remporte plus de succès prochainement grâce au boost que lui ont fourni ses rôles dans les jeux vidéo Arkham et la série télé Arrow. Un jeu centré sur ce personnage contribuerait d’ailleurs grandement à faire croître l’intérêt pour celui-ci. La tendance de Slade à combiner flingues et épées peut d’ailleurs laisser le champ libre à un superbe gameplay dans la lignée d’un Devil May Cry. Ses quelques capacités surhumaines, sa guérison accélérée et ses capacités cérébrales bien supérieures à la moyenne pourraient également être exploitées de manière intéressante.

X-Men Destiny

Puisque l’on a également cité Arrow, il n’est pas non plus difficile de s’imaginer qu’il pourrait avoir son propre jeu vidéo. Peut être qu’il s’agirait là d’un bon moyen de ralcner le genre fatigué du shooter en remplaçant fusils par arcs et flèches. Cela modifierait drastiquement le gameplay puisque l’arc est en tout point opposé au pistolet, il faut être précautionneux, précis et méthodique (non pas qu’il ne faille pas du tout avec une arme à feu mais on a plus le droit à l’erreur). Plutôt que de passer de pièce en pièce en déchargeant comme un damné, les joueurs devraient établir une stratégie et maintenir un œil sur leur stock de flèches. Le fait que le personnage utilise tout un arsenal de flèches modifiées et technologiquement avancées pourrait d’ailleurs être exploité dans le gameplay et permettre d’ajouter un peu de piment. Après tout, on a déjà vu des équivalents avec Thief ou Tomb Raider non ?

Enfin, on peut tout de même citer les X-Men une fois de plus ici. Voir ces personnages traités avec un peu plus de respect dans les jeux vidéo ne serait pas du luxe. Il y a eu un paquet de jeux X-Men au fur et à mesure des années (notamment pendant les beaux jours de la série animée des années 90), mais seuls quelques uns comme Children of the Atom ou Mutant Apocalypse (merci Capcom au passage) valaient vraiment la peine. Plus qu’un simple jeu centré sur Wolverine et reprenant un concept à la God of War, il serait intéressant de voir un titre utiliser l’ensemble des X-Men à leur plein potentiel. Ces personnages forment une équipe et cet aspect est étonnamment peu présent dans la plupart des softs. Si les jeux X-Men Legends restaient sympas pour l’époque, ils ont malheureusement souffert du temps qui passe. Il serait donc intéressant qu’un nouveau jeu digne de ce nom fasse intervenir l’ensemble de l’escouade dans des combats dantesques et coordonnés face à tous leurs plus grands ennemis.

D’un autre côté, il ne faut pas non plus oublier que certains héros ne sont peut être pas adaptés au monde du jeu vidéo. Il n’y a jamais eu de bon jeu sur Superman, et on peut légitimement douter du fait qu’il y en ait un un jour. Il est difficile de dépeindre un tel personnage à sa juste valeur sans enlever tout le challenge ou au contraire nerfer trop violemment ses pouvoirs (ce que trop de jeux ont déjà fait par le passé). Même si cela paraît tout bête, voler est de plus un pouvoir assez difficile à retranscrire habilement en jeu. Flash est un autre personnage qui serait difficile à traiter en jeu vidéo. La sensation d’hyper vitesse (les fans de Beyblade calmez-vous ) est difficile à véhiculer elle aussi. Perd-on le contrôle lorsque Flash traverse l’écran plus vite que notre œil ne pourrait le suivre ou que nos doigts ne pourraient réagir ? Ou ralentit-on au contraire tout ce qui se trouve aux alentours comme dans la séquence du film X-Men : Days of the Future Past avec Vif Argent ? Cela serait peut être fun 5 minutes mais pas tout un jeu, surtout que cela ne véhiculerait pas vraiment de sensation de vitesse au final. Certes, il y aura toujours un malin pour trouver une solution pertinente, mais pourquoi ne pas commencer par se concentrer sur les personnages facilement exploitables qui n’attendent que ça et pourraient tout à fait offrir de très belles expériences vidéoludiques ?

Spider-Man Shattered Dimensions

Les fans peuvent se battre longtemps sur la toile pour définir qui de DC ou de Marvel remporte la guerre à Hollywood. Il va sans dire que Marvel a clairement l’ascendant pour le moment au niveau des films alors que DC est sans conteste devant en ce qui concerne les dessins animés (aussi bien en série qu’en longs-métrages). Cela dit, aucune des deux sociétés ne semble prendre le dessus lorsque l’on se penche sur le monde des jeux vidéo. Il n’y a strictement aucune raison pour que la série Arkham reste seule à trôner lorsque l’on parle d’expérience gaming de qualité liées au super héros. Il n’y a aucune raison qui justifie que chaque jeu Spider-man souffre des mêmes problèmes exactement que ses prédécesseurs ? Il n’y a aucune raison pour que Wonder Woman, thor, Deathstroke , Arrow ou Wolverine soient laissé sur le carreau comme ça. Le jeu vidéo a certes sont lot de héros emblématiques comme Link, Kratos ou Master Chief. En ce qui concerne les super héros en revanche, il peut carrément mieux faire…